à nos porcs révoltés

Zut, zut, zut ! Il vient vers moi. Il a l’air normal. Je pense qu’il veut juste me demander son chemin. … Mais souviens-toi de la dernière fois qu’un mec t’a demandé son chemin. Il t’avait ensuite proposé de l’accompagner et t’avait suivi sur 500 mètres en insistant.

Oh ! Bordel ! Pourquoi cette voiture s’arrête à mon niveau ? C’est un homme à l’intérieur. Il est peut-être perdu. …Mais non, ne tourne pas la tête. Avance ! Souviens-toi de la dernière fois qu’un mec a baissé sa vitre pour demander de lui indiquer le chemin de l’hôpital. Il se masturbait.

Mais pourquoi cet inconnu me sourit dans le métro ? Je devrais lui rendre ce sourire…De si bon matin, ça fait plaisir. …Mais non, ne souris pas ! Souviens-toi de la dernière fois que tu as rendu son sourire à un mec. Il a vu en cela une invitation à te demander d’aller « boire un verre et plus si affinités ». De si bon matin, ça ne fait pas plaisir.
Mais en même temps … Souviens-toi de la dernière fois que tu n’as pas rendu à un mec son sourire ! Il s’était offusqué en te disant qu’un sourire était gratuit … avant de te traiter de pute.

Un « bonjour » est de la simple politesse. Depuis quand en est-on venu à se demander si l’on devait ou non répondre au « bonjour » d’un charmant inconnu ? … Mais souviens-toi de la dernière fois que tu as préféré ne pas répondre à un simple « bonjour ». Le mec s’était énervé en te demandant si tu croyais que t’étais belle.
C’est vrai … Je devrais répondre. Je suis polie après tout. Oui mais en même temps, la dernière fois que tu as dit « bonjour » à un mec, il l’a pris comme une excuse pour engager une conversation très dérangeant en te questionnant sur tes positions préférées.

Est-ce que je dois rire à cette « blague » de Marc ? Tout le monde rit mais je la trouve salace et déplacée. Si je ris, j’encourage et banalise ces remarques dégradantes normalisées par le patriarcat. Mais si je ne ris pas, ils vont tous me traiter de « prude ». Souviens-toi de la dernière fois que tu n’as pas ri à une de ces « blagues », le Marc en question t’a demandé, sous l’hilarité générale, si tu avais un balai coincé dans le cul ou si c’était ton vagin qui était trop serré. Et dire que ça enseigne l’histoire-géo à des jeunes…

Oh ! Je suis la seule femme dans cette rame de métro. Ils ont l’air normaux, arrête avec cette parano … Mais lorsqu’elle est justifiée, peut-on vraiment parler de parano ? Souviens-toi de la dernière fois que tu étais seule entourée de quatre hommes dans le métro. Il y en a un qui regardait sans aucune honte un film porno et tournait volontairement son portable vers toi pour que tu regardes également en te chuchotant « Ca te plaît? ». Et tous les autres hommes avaient détourné, de façon bien trop évidente, le regard. Ne prends pas de risque.
Mais en même temps, la dernière fois que tu t’es levée pour changer de place, le mec qui venait de s’installer à ton côté t’avait demandé, visiblement irrité : « Quoi ? Vous avez peur que je vous viole ou quoi ? »

Et le problème est bien là, chers messieurs porcs.
Parce que vous êtes installés dans le confort d’un patriarcat qui fait de vous les membres du groupe dominant, vous vous persuadés qu’il n’y a pas de problème, ou alors qu’il ne s’agit que de « problèmes isolés » qui ne vous concernent en rien.
Il est bien trop courant de voir les membres privilégiés d’un groupe dominant s’offusquer et jouer les victimes à chaque fois que les membres du ou des groupes dominés dénoncent les actes des membres (ou de certains membres certes) du groupe dominant – je vous épargnerai pour ce post le cas des Blancs profitant de leur Privilège et s’offusquant dès lors que l’on parle de racisme, affirmant qu’il ne s’agit pas de TOUS les Blancs. Mais vous comprendrez que la logique est la même.
Revenons-en à notre affaire.

Tandis que vous, messieurs, vous offusquez de certaines de nos réactions ou absences de réactions, et surtout de nos dénonciations en arguant que TOUS les hommes ne sont pas des porcs, sachez que TOUTES les femmes subissent au quotidien les agressions décrites plus haut. Et si elles n’ont pas (encore) subi ces agressions, ces dernières sont une épée de Damoclès au-dessus de la tête de TOUTES les femmes.
Parce que vous vous défendez de n’avoir jamais dit ou fait de telles immondices, vous vous persuadez que #BalanceTonPorc n’est que l’énième ramdam d’une bande de féministes frustrées voulant mettre à genoux les hommes.
Surprise, fatherf*ckers! Vous êtes bel et bien des porcs.

Lorsque vous détournez les yeux quand une femme est aux prises avec un salaud répugnant dans le métro, vous soutenez ce porc. Vous ne valez pas mieux, et vous valez bien moins lorsque vous exigez de nous que nous ne fassions pas de généralités. « Pas TOUS les hommes harcèlent les femmes dans le métro. », c’est vrai. Mais vous détournez les yeux lorsque certains le font. Vous êtes des porcs.
Lorsque vous pensez et dîtes que « ça va, elle n’a pas non plus été touchée » alors qu’une femme raconte avec horreur avoir été suivie sur 500m par un de vos pairs dégoutants, vous excusez ces comportements effrayants. Vous ne valez pas mieux, et vous valez bien moins quand vous exigez de nous que nous ne fassions pas de généralités. « Pas TOUS les hommes suivent les nanas dans la rue après avoir essuyé un refus. », c’est vrai. Mais vous considérez que tant qu’il n’y a pas eu viol … Bref.  Vous êtes des porcs.

Parce que nous subissons la triste réalité, il est grand temps pour vous de vous confrontez à la triste vérité : vous êtes des porcs et il n’appartient qu’à vous de changer cela.
En même temps que, tout en bénéficiant des privilèges que vous octroie le patriarcat, vous vous persuadez ne pas être concernés par les violences dont nous sommes les victimes au quotidien, vous vous déchargez de la responsabilité qu’est la vôtre d’éduquer vos fils qui deviennent alors, tout comme leur père, de bons petits porcs nourris aux mamelles sanguinolentes du patriarcat.
Et en même temps que vous ajustez vos œillères, vos filles grandissent dans ce système de violences normalisées envers les femmes.

A chaque fois que vous riez aux blagues salaces de ce bon vicelard de Marc, sachez que vous autorisez des milliers d’autres Marc à faire ce même genre de remarques à votre fille de 15 ans alors qu’elle effectue son stage de fin de 3ème.
A chaque fois que vous refusez de vous « mêler des affaires des autres » lorsqu’une femme se fait traiter de « salope » pour ne pas avoir voulu donner son numéro de téléphone, vous pardonnez à tous ceux qui n’ont pas réagi lorsqu’ils ont vu votre fille se faire suivre par un porc sur au moins 300m.

Parce que vous vous déchargez de toute responsabilité et que vous vous persuadez ne pas être concernés, vos filles sont susceptibles d’être violées, dans une cour de récréation d’une école maternelle, par leurs petits camarades qui savent dès leur plus jeune âge qu’ils en ont le droit.
Parce que vous vous déchargez de toute responsabilité et que vous vous persuadez ne pas être concernés, vos filles, traitées de « sale pute » lorsqu’elles ont un petit copain, traitées de « petite prude » lorsqu’elles n’en ont pas, se font humilier et harceler au lycée jusqu’à ce qu’elles soient forcées de se mettre à genoux dans les toilettes des garçons.
Parce que vous vous déchargez de toute responsabilité et que vous vous persuadez ne pas être concernés, vos filles ne savent pas si elles doivent répondre au « bonjour » d’un inconnu ou au contraire presser le pas…mais pas trop vite car il ne faudrait pas contrarier un potentiel dégueulasse.

Vous êtes des porcs à chaque fois que vous avez peur pour vos filles qui ne respectent pas un couvre-feu imposé « pour leur sécurité ».
Vous êtes des porcs à chaque fois que vous demandez à vos filles de changer de tenue car il ne faudrait pas « tenter le diable ».
Vous êtes des porcs parce qu’à toutes ces fois, vous n’avez jamais ne serait-ce penser éduquer vos fils pour qu’ils ne soient pas ce diable.

Et au final, tout tourne autour de vous.
Alors que nous sommes littéralement élevées à être vos proies, vous osez vous offusquer lorsque nous dénonçons les porcs.
TOUS les hommes ne sont pas des porcs ?
Nos expériences nous démontrent le contraire.
Alors au lieu de jouer la carte de la victime, respectez les vraies victimes de l’histoire et prouvez-nous qu’effectivement TOUS les hommes ne sont pas des porcs. Il ne suffit pas de l’affirmer, il est question de le démontrer.  Vous mettez beaucoup d’énergie à crier que vous n’êtes pas des porcs alors que vous êtes enfermés dans une porcherie. Criez-le aux porcs à vos côtés. Agissez contre les porcs qui partagent votre enclos. Détruisez cette satanée porcherie!

TOUS les hommes ne sont pas des porcs ?
Alors n’agissez plus comme des porcs. Ne laissez plus vos amis agir comme des porcs. Ne vous taisez plus comme des porcs.
Et soyez donc les hommes que vous clamez être.

 

  • Céline Patisson-Smith

5 réflexions au sujet de “à nos porcs révoltés”

    1. Malheureusement, je ne suis pas la seule à avoir vécu plusieurs de ces situations. Lorsque nous ne les subissons pas directement, nous en sommes les témoins.
      Nous sommes forcées de nous taire pour ne pas déranger le confort d’hommes se prélassant dans un patriarcat qui nous tue littéralement. Tout comme le racisme n’est pas le problème des victimes de racisme, les violences à l’encontre des féminicides ne doit pas être « une affaire de femmes ». Il est grand temps que les membres des groupes abusant des privilèges octroyés par un système conçu par et pour eux se comportent en êtres humains et s’attaquent à la source du problème au lieu de s’évertuer à faire taire les victimes de ce système.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s